facebook twetter Google+ اللغة العربية

Vent de révolte aux camps de Tindouf après le rapt d’un jeune sahraoui par les milices du Polisario

La série de rapts ou kidnappings pratiqués par des membres du « Polisario » à l’encontre d’activistes sahraouis, n’a de cesse de s’accentuer la tension dans les camps de « réfugiés ». Aussi force est de constater qu’un vent de révolte souffle fortement dans les camps de la honte et principalement celui de « Rabouni », au sud de Tindouf (où se trouve le quartier général). Ce camp a été témoin de manifestations massives de résidents en raison de l’enlèvement d’un jeune sahraoui par une force militaire affiliée au front.

Selon les données disponibles, le jeune homme en question, appelé « Dahi Ould Aba Ould Lahzam Ould Hanoud », a été kidnappé par une unité militaire directement affiliée au «Front Polisario», dénommée «Force 20 », après des accrochages verbaux.

Un accident serait à l’origine de cet évènement qui a mis le camp sens dessus-dessous et dont un véhicule « militaire » serait responsable. Les soldats accidentés dont certains (des officiers), ont été blessés ont accusé le jeune homme d’être la cause de l’accident, car il se trouvait à proximité des lieux où cela s’est produit: Le véhicule s’est renversé et a fait des tonneaux.

Une vidéo d’un blogueur de l’opposition, que Hespress a visionnée, détaille ce qui s’est passé le week-end dernier dans le camp de Rabouni, où le jeune homme a été arrêté par la soi-disant « gendarmerie du Polisario ». La Force 20, a attaqué le quartier général de la « gendarmerie » dimanche à minuit, puis a kidnappé le jeune sahraoui, en lui causant de graves blessures physiques.

Le sort du jeune sahraoui n’a été connu que lundi. Il aurait été transféré dans un lieu inconnu pour sa famille, ce qui a incité les habitants du camp de « Rabouni » à protester contre l’incident, de sorte que les manifestants se sont déplacés vers le quartier général de la force militaire, mais ces derniers les ont violemment repoussés, faisant plusieurs blessés, selon la bande vidéo documentée par l’activiste « Moulay Aba Bouzid« .

Un ancien détenu des prisons du « Polisario » a déclaré que les manifestations sur le terrain se poursuivaient toujours dans le camp et que les tensions allaient crescendo. Tandis que M. Braika, un autre ancien détenu de la prison de « Dahabiya » dans les camps de Tindouf, considérait dans cette même vidéo, que « l’affaire des protestations massives est liée au kidnapping du jeune homme injustement et agressivement attaqué par les forces oppressives et qui est toujours porté disparu ».

Cet incident intervenait alors que la fermeture du passage « Guerguerat » dans la zone frontalière était encore effective et que des dizaines de camions chargés de fruits et légumes étaient toujours bloqués provoquant l’ire de l’opinion publique mauritanienne quant à l’absence de réponse officielle de la Présidence de la République mauritanienne dans ce sens.

Ce mardi, les milices du Polisario qui avaient bloqué le trafic commercial et civil au passage de Guerguerat auraient quitté les lieux en catastrophe juste après le discours royal à l’occasion de l’anniversaire de la Marche Verte. Le transport international a repris, dans les deux sens, à partir du poste frontalier qui relie le Maroc à la Mauritanie ainsi que les pays de l’Afrique de l’Ouest.



Laissez un commentaire

Captcha loading...