facebook twetter Google+ اللغة العربية

Hydrocarbures : La SAMIR anticipe des résultats négatifs pour l'exercice 2014

La Société anonyme marocaine de l’industrie du raffinage (SAMIR) a annoncé mercredi qu’elle anticipe, dans le contexte actuel de baisse persistante des cours du pétrole brut et des produits raffinés, des résultats négatifs à la fin de l’exercice 2014.



En dépit d’une progression notable de 15 pc des ventes locales hors fuel industriel et l’amélioration des marges de raffinage, le fort recul des cours pétroliers, qui sont passés de 110 ê/bbl début juillet, à 65 ê/bbl actuellement, impactera négativement la valorisation des stocks à la clôture de l’exercice, à l’instar des autres raffineries dans le monde, a souligné la société dans un profit warning sur les résultats de l’exercice 2014.



La SAMIR a l’obligation de détenir un stock stratégique de pétrole brut de 4 millions de barils en plus du stock outil représentant environ 15 jours de ventes, ajoute la même source, précisant que des mesures, visant à minimiser l’impact de cette situation sur ses résultats, ont été prises, à travers la réduction du niveau des stocks, la maitrise des risques de change et la mise en place d’instruments de couverture contre les fluctuations des cours des matières premières.



Depuis le début de l’année, les cours du brut ont accusé une baisse de près de 40 pc. Toujours sous le coup du déséquilibre croissant entre une offre très abondante et une demande atone, les cours du pétrole poursuivent leur chute pour se traiter à un nouveau creux de cinq ans.



Les cours du Brent ont touché mardi un plus bas de cinq ans avant de remonter légèrement vers les 67 dollars, alors que le baril était à 110 dollars au début de l’année.

En outre, les pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ne veulent toujours pas réduire leur production, laissant craindre la poursuite d’une offre excédentaire l’année prochaine.



Sur le marché des changes, les devises liées aux matières premières suivent le mouvement baissier de l’or noir, avec un plus bas de quatre ans touché par le dollar australien face au dollar américain et un creux de cinq ans pour le dollar canadien.



L’euro, qui était tombé à un plus bas de plus de deux ans vendredi face au dollar dans la foulée de chiffres de l’emploi supérieurs aux attentes aux Etats-Unis, poursuit sa timide remontée entamée lundi, se rapprochant mardi de 1,2392.

L’opinion


Laissez un commentaire