facebook twetter Google+ اللغة العربية

Très loin du compte ! Les MRE à bout de souffle

Les MRE à bout de souffle

Presque 10 années après le Discours de 2005 et 7 ans après la création du CCME, Pour un bilan CATASTROPHIQUE
SM Le Roi est dans l’obligation d’agir, et vite !
(ce n’est nullement un ordre, mais c’est un CRI de SOS ) !
Comme à chaque fois, et afin de garantir la stabilité du pays, il prend tout sur lui pour couvrir les incompétences de ces responsables qui n’ont aucune considération ni pour le pays ni pour le peuple marocain dans toutes ses couches.
Et, je ne parle même pas de la considération des hautes instances.La preuve en est, l’événement qui s’est produit à la fin de l’ouverture de la session parlementaire d’octobre dernier. Presque une décennie nous sépare du discours fondateur sur les droits des MRE de 2005, et dans moins de trois semaines, le 21 décembre prochain, nous fêterons les sept ans de création du CCME.
Les institutions qui étaient en charge de la réflexion sur le dossier de la participation des MRE comme le voulait SM le Roi n’ont produit que de la haine et la frustration dans les coeurs des marocains de l’étranger.
De quoi éloigner encore plus le Maroc des coeurs d’une population qui n’a cessé de subir dans la souffrance cette HOGRA et MEPRIS de la part des responsables dont est fier Mr Birrou. Selon ses dires, lors de son passage à la Maison du Maroc le 19 novembre 2014 : « Le Maroc est le seul pays à avoir trois institutions en charge de ses ressortissants de l’étranger ».
Mais, Quel bilan tirer de cette période ? Quel bilan mettre sous la dent avec tous les moyens déployés ? Ok, trois grandes institutions, mais encore ! Comme dirait l’autre !
Toutes ces questions s’imposent au moment où la classe politique, CO-responsable de ce désastre et de cette grande déception, au moment de l’ouverture d’une autre période électorale sans horizon et en l’absence du bilan tant attendu par nous tous ici dans nos pays d’accueil.
Qu’a fait exactement, le CCME ? Qu’a fait M. EL YAZAMI et son staff ? Et la Fondation dans tout ça, restera-t-elle éternellement sur cette configuration ? Ne pourra-t-elle pas être intégrée sous le ministère ? Ou tout simplement, pourrons-nous la dissoudre ? Pourrons-nous transformer le ministère en un Haut Commissariat pour avoir une ligne de stabilité et de continuité ?
A-t on pris le temps un jour de faire le compte de combien d’argent a été utilisé pour avoir quoi comme résultat ?
Les MRE n’ont jamais été satisfait ni du ministère ni de la Fondation, encore moins du CCME ! Sont-ils tous ingrats à ce point ? Les bienfaits de la multiplication des intervenants, une dizaine, contrairement à ce que pense M. Birrou, c’est une illusion qui est bénéfique pour certains marchants de la cause des MRE.
La vraie question, est celle-ci : est-ce que le Maroc voudrait de ses enfants de l’étranger ? Est-ce qu’il veut les prendre en considération ?
Une simple démonstration par l’absurde pour ceux qui connaissent ou se rappellent toujours de cette méthode de raisonnement de logique, peut nous montrer la véracité de la réponse à cette question.
Pas loin d’il y a deux jours, samedi 6 décembre 2014, M. Benkirane nous a clairement RE-donné une partie de la réponse.
Contrairement à ce que raconte la dépêche de la MAP de ce lundi matin, et comme à son habitude, la MAP ou plus précisément son journaliste, parle d’une autre rencontre qui n’a rien à voir avec celle où nous étions samedi à la maison des mines rue St-Jacques à Paris. L’article de Yabiladi ne dit rien de ce que raconte la MAP.
Preuve à l’appuie, nous avons la vidéo de Benkirane (cf. lien ci -joint) où il dit clairement que la participation des MRE quand elle se présente, elle va se faire ! Plus troublant que ça, il n’y a pas mieux..
Comprendra celui qui veut comprendre, et d’ailleurs, il l’a déjà dit en août 2014 à Rabat, « un jour ou l’autre, les MRE participeront ». Le plus grave dans cette affaire, c’est que le PJD se prépare à déposer une autre proposition de loi.
En présence de M. Benkirane, Omar EL Morabet, responsable PJD France, a dit clairement que M. Benkirane est d’accord sur la démarche.
Si c’est le cas, quid des propositions qui sont déjà faites et enregistrées au secrétariat du Parlement ? Il y en a au moins une au nom de tous les partis de la majorité.
Que disent les partis de la majorité ? Tout ça n’est pas clair.
Contrairement à ce que rapporte le journaliste de la MAP, le passage de M. Benkirane à Paris n’a pas été pour expliquer les choses, mais plutôt pour brouiller les cartes. Le débat de samedi a plus porté (à 90%) sur la caisse de compensation qu’autre chose. Et pour cause, la rencontre était organisée à la maison des mines devant un parterre des sympathisants composé de 80% d’étudiants. Une majorité du public qui n’a rien à voir avec les MRE.
En 2005, 2007 et en 2012, SM Le Roi était clair.
Il n’a jamais dit « un jour ou l’autre », mais il a, plutôt, dit : « … De plus, nous veillerons à donner pleine effectivité aux dispositions de la Constitution qui vous assurent une participation aussi étendue que possible à la construction du Maroc de demain, et une présence active dans les instances dirigeantes d’institutions nouvelles.»
Dans la Constitution de 2011, en plus des articles 16, 17, 18 et 163, l’article 11 stipule ceci : « Les pouvoirs publics mettent en oeuvre les moyens nécessaires à la promotion de la participation des citoyennes et des citoyens aux élections » quant à l’article 30, il stipule ceci : « Sont électeurs et éligibles tous les citoyennes et les citoyens majeurs jouissant de leurs droits civils et politiques ».
Lorsqu’on voit ce qu’a été proposé jusqu’à aujourd’hui, on ne peut être autrement que déçu ! de la manière avec laquelle a été géré cette question de la participation.
A qui profite le crime ?
 
Fait à Paris, le 08/12/2014
Mohammed HASHAS
http://www.yabiladi.com/articles/details/31596/benkirane-paris-gouvernement-sait-vendre.html

Intervention de Benkirane (extrait) le 06/12/2014 à Paris:


 



Laissez un commentaire

Captcha loading...