facebook twetter Google+ اللغة العربية

Festival du film de Marrakech Triomphe pour Adil Imam

Grand moment d’émotion. La comédienne et ancienne ministre de la Culture marocaine Touria Jabrane remettant le trophée d’hommage à l’icône égyptienne du cinéma Adil Imam qui n’a pas pu retenir ses larmes devant les acclamations du public. Sur la place Jamaâ El Fna où était projeté son dernier film Alzheimer’s, un raz-de-marée humaine l’a accueilli
Chapeau bas à Adil Imam. Le comédien égyptien a réussi à enflammer##img0##  le Palais des congrès et surtout à attirer le public à l’ouverture de la 14e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM). L’édition qui se poursuit jusqu’au 13 décembre prochain a rendu un hommage et un trophée à l’icône égyptienne au Palais des congrès et s’est poursuivi à Jamaâ El Fna où des milliers d’admirateurs se sont donné rendez-vous pour saluer la légende vivante du cinéma arabe.
Créatif au cinéma, au théâtre et à la télévision, Adil Imam a 50 années de talent et de succès et demeure le plus populaire comédien dans le monde arabe avec des personnages tristes et drôles à la fois. Et c’est sur un ton humoristique qu’il a rappelé les différentes périodes par lesquelles est passé le cinéma égyptien qui a su se remettre en cause et à se renouveler, tout en comptant sur ses acteurs et ses cinéastes.
Autre grand nom du cinéma sous les feux de la rampe, Jeremy Irons. Après une carrière sur les planches, le comédien britannique a mené une carrière cinématographique avec «La Maîtresse du lieutenant français» de Karel Reisz, en 1981, un premier grand rôle au cinéma, “Fatale”, “Kingdom of Heaven” ou “Le mystère von Bülow”, pour lequel il décroche l’Oscar du meilleur acteur en 1990. Jeremy Irons a joué sous la direction des plus grands metteurs en scène: Roland Joffé, David Cronenberg, Louis Malle… Jeremy Irons apparaîtra ##img1## dans Batman v Superman: Dawn of Justice, dans les salles en 2016. Mais le festival de Marrakech, c’est surtout ses films. 15 longs métrages sont en compétition dont 8 comme premiers films pour les auteurs. Dans la sélection, un long métrage marocain, l’Orchestre des aveugles de Mohamed Mouftakir qui sera projeté le 10 décembre. C’est Everything We loved de Max Currie de la Nouvelle-Zélande qui a ouvert le bal. Ce film raconte l’histoire d’un magicien, Charlie qui redonne à son épouse le goût de la vie et du bonheur en lui réservant son meilleur tour de magie: l’apparition d’un petit garçon autour duquel le cocon familial se reconstruit. Seulement, le couple se retrouve accusé d’enlèvement d’enfant.
En compétition aussi, un film français de Alix Delaporte, «le dernier coup de Marteau» projeté samedi dernier. L’autre long métrage en sélection, très attendu, est l’Eléphant bleu du réalisateur égyptien Marwan Hamed -dont le dernier opus est L’Immeuble Yacoubian- qui sera projeté ce lundi au Palais des congrès. 
On retrouve aussi dans la sélection «Corrections class», 1er film du russe Ivan I. Tverdovsky, «Nabat» de Elchin Musaoglu (Azerbaïdjan), «No One’s Child», 1er film du Serbe Vuk Ršumović… «Le cru de cette année est riche et varié représentant les cinq continents et le jury est impatient de les découvrir», souligne Isabelle Huppert, présidente du jury 2014. Cette égérie de Claude Chabrol et de Benoît Jacquot est une des comédiennes les plus couronnées à l’international et devient la 3e femme à présider le jury longs métrages, après Charlotte Rampling en 2001 et Jeanne Moreau en 2002. A ses côtés pour juger la sélection de cette année, un impressionnant casting de réalisateurs comme l’Indien Ritesh Batra, le Français Bertand Bonello qui vient de mettre en bobine «Saint Laurent», l’Italien Mario Martone, le Marocain Moumen Smihi. Ces cinéastes devront s’appuyer également sur l’avis d’actrices de renom comme Mélanie Laurent ou le comédien et réalisateur britannique Alain Rickman. Car, comme pour chaque année, le jury devra décerner l’Etoile d’or et trois autres prix aux meilleurs films du cru 2014 où l’accent est mis sur la découverte. Et la compétition s’annonce assez rude cette année.
L’economiste.com– Badra BERRISSOULE



Laissez un commentaire