facebook twetter Google+ اللغة العربية

La colère des RME de la proposition de loi concernant la constitution du futur CCME (Le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger)

Appel de Paris
du 24 novembre 2014​​
​En date du 31 octobre 2014, plusieurs Partis politiques marocains ont déposé une proposition de loi concernant la constitution du futur CCME (Le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger).
photo Hashas Paris
À cet égard, un groupe d’experts, composé d’acteurs associatifs, de partis politiques, et d’intellectuels, s’est réuni en région parisienne pour étudier ladite proposition de loi déterminant le renouvellement du Conseil dédié aux marocains résidant à l’étranger (MRE) et leur participation politique dans les instances marocaines.
Après un débat constructif et un échange des points de vue des différents groupes présents à cette rencontre de travail, il a été conclu de faire une déclaration commune :
[Nous, les signataires de cet appel et représentants d’associations et personnes physiques, saluons les différentes initiatives de propositions de loi, émanant des partis politiques marocains, concernant le CCME tout particulièrement et la participation politique des MRE d’une manière générale.
Cependant, ces textes restent en deçà des attentes des citoyens marocains résidant à l’étranger et ne prennent, en aucun cas, en considération les recommandations de la Constitution marocaine de 2011.
De ce fait, nous considérons qu’il est inconcevable que les « MRE » ne soient pas associés à la prise de décisions les concernant, notamment lors de la réflexion sur les propositions de ces propositions de loi. La citoyenneté, pleine et entière que nous revendiquons, implique une participation légitime, active et reconnue dans l’essor de notre pays et particulièrement dans la gestion des affaires publiques.
Nous dénonçons, avec force, la dernière proposition, des partis de la majorité, enregistrée sous le n° 162 et déposée le 31/10/2014. Nous demandons qu’elle soit réexaminée et portée par l’ensemble des partis marocains et qu’il y ait une consultation plus large des MRE.
Nous exigeons la mise en place d’un CCME composé de :
· 100 % MRE,
· À majorité des membres élus parmi les MRE
Ces propositions reflètent les aspirations de SM le Roi qui dit dans son discours du 6 novembre 2007 : « Le deuxième fondement induit la nécessité d’écarter la désignation directe, et ce, pour des raisons de principe. Car, c’est d’une instance représentative qu’il s’agit, et non d’une fonction administrative ou d’un poste politique. Par conséquent, l’élection reste nécessaire et souhaitable comme point de départ et comme objectif pour la mise en place de cette institution ».
 
Aussi, rien à nos yeux ne doit se faire sans que l’on soit impliqués, nous les citoyens marocains résidant à l’étranger. Que l’on ne retombe pas dans les mêmes travers que lors de la première mandature du CCME.
En conclusion, nous, les signataires de cet appel, en appelons à l’intervention de la Haute Autorité royale, garante de la constitution pour que nos droits soient préservés et nos attentes soient prises en considération.]
Le groupe signataire de l’appel : Collectif CAME – Appel de Paris‏
Mohammed HASHAS
 



Laissez un commentaire