facebook twetter Google+ اللغة العربية

MNA à Alger : Le Maroc vice-président pour la zone Afrique et L'Algérie lui prépare un nouveau mauvais coup

Le Maroc a été, lundi, vice-président pour la zone Afrique de la 17e Conférence ministérielle d’Alger du Mouvement des pays Non-alignés (MNA), à l’ouverture de la réunion des hauts fonctionnaires.

Le Maroc est représenté par une importante délégation à cette réunion préparatoire à la Conférence des chefs de diplomatie du MNA, qui se tiendra mercredi et jeudi prochains.

La délégation est conduite par Omar Hilale, Représentant permanent du Royaume auprès de l’Onu et comprend, entre autres, l’ambassadeur du Maroc à Alger, Abdellah Belkeziz, et le directeur des Nations unies et des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (MAEC), Azzedine Farhane.

Elle comprend également la directrice de la coopération multilatérale et des affaires économiques internationales au MAEC, Zakia El Midaoui, et le directeur des affaires africaines au même département, Moha Ouali Tagma.

La réunion des hauts fonctionnaires se penchera, deux jours durant, sur les textes, les documents et les recommandations qui seront présentés aux chefs de diplomatie du Mouvement, dont l’actuelle session se tient sous le thème «Une solidarité renforcée pour la paix et la prospérité».

La 17e Conférence ministérielle, qui abordera divers sujets de l’heure sur la scène internationale et dans les pays membres, devra préparer le prochain Sommet du MNA prévu en 2015 à Caracas
Le Maroc a été, lundi, vice-président pour la zone Afrique de la 17e Conférence ministérielle d’Alger du Mouvement des pays Non-alignés (MNA), à l’ouverture de la réunion des hauts fonctionnaires
Le Maroc est représenté par une importante délégation à cette réunion préparatoire à la Conférence des chefs de diplomatie du MNA, qui se tiendra mercredi et jeudi prochains
La délégation est conduite par Omar Hilale, Représentant permanent du Royaume auprès de l’Onu et comprend, entre autres, l’ambassadeur du Maroc à Alger, Abdellah Belkeziz, et le directeur des Nations unies et des organisations internationales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (MAEC), Azzedine Farhane.
Elle comprend également la directrice de la coopération multilatérale et des affaires économiques internationales au MAEC, Zakia El Midaoui, et le directeur des affaires africaines au même département, Moha Ouali Tagma.
La réunion des hauts fonctionnaires se penchera, deux jours durant, sur les textes, les documents et les recommandations qui seront présentés aux chefs de diplomatie du Mouvement, dont l’actuelle session se tient sous le thème «Une solidarité renforcée pour la paix et la prospérité».

La 17e Conférence ministérielle, qui abordera divers sujets de l’heure sur la scène internationale et dans les pays membres, devra préparer le prochain Sommet du MNA prévu en 2015 à Caracas.

Mais les gouvernants d’Alger vont tenter d’asséner un nouveau mauvais coup dans le dos des Marocains, en profitant de la tenue sur leur sol, de la tenue de la 17ème session de la Conférence ministérielle du Mouvement des non-alignés (MNA).

Bien avant le début des travaux de cette rencontre, prévue du 26 au 29 à Alger, le président de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa a annoncé les couleurs des véritables intentions de son pays en déclarant d’emblée, que “les luttes anticolonialistes n’ont pas encore pris fin”, allusion faite au Polisario.
Dans des propos débordant d’hypocrisie, les non-alignés, a-t-il suggéré, devraient « soutenir les causes de la Palestine et du Sahara occidental, comme ils l’avaient si bien fait pour la cause algérienne durant la guerre de Libération ».

Pour apporter plus de baume à son invitation, Khelifa exclue l’existence d’un quelconque différend ou dualité entre l’Algérie et le Maroc en rappelant le soutien et l’appui que le peuple marocain, a apportés à l’indépendance de l’Algérie. Cependant, il a omis de rappeler que la frontière entre les deux pays est fermée depuis près de vingt temps en guise de reconnaissance à l’appui du peuple marocain.

Après la farce électorale qui a permis au président Bouteflika cloué dans son fauteuil roulant, de décrocher un quatrième mandat présidentiel, le palais d’El Mouradia semble vouloir faire d’une pierre deux coups.
D’une part, soigner l’image de marque du régime algérien, en abritant des sommets de prestige de ce genre, et d’autre part, marquer des points dans la bataille diplomatique qui oppose l’Algérie à son voisin marocain autour du conflit du Sahara Occidental.

Mais faut-il rappeler qu’aujourd’hui, le mouvement des non-alignés qui a brillé de tous ses feux à l’époque de la guerre froide, n’est plus depuis la chute du bloc soviétique, que l’ombre de sa stature des années soixante et soixante-dix.

Après avoir échoué à maintes reprises d’imposer au MNA leur position dans le conflit du Sahara, les gouvernants d’Alger vont de nouveau tenter de décrocher une petite place symbolique pour le Front Polisario, leur bébé-éprouvette, dont ils se partagent la fécondation in-vitro avec le défunt colonel libyen Mouammar Kadhafi.
Contrairement à l’Union africaine qui appuie les thèses séparatistes du Polisario, le MNA a toujours pris ses distances par rapport au conflit du Sahara, en alignant ses positions à ce sujet, sur les résolutions des Nations Unions et du conseil de sécurité.

Le Maroc qui est pays membre fondateur du MNA, voit mal comment les 120 membres de ce mouvement vont-ils du jour au lendemain, changer de position.

Presse Maroc



Laissez un commentaire

Captcha loading...