facebook twetter Google+ اللغة العربية

Le Maroc sur les traces de l’Europe des USA et de la Chine

Le Maroc est considéré, actuellement, par l’Europe comme étant la 5e puissance économique en Afrique. Malgré un PIB moindre que son voisin algérien dont le PIB est de 240 milliards (pétrodollars), Rabat enregistre une percée considérable à tous les niveaux.

Le Maroc a su, ainsi, profiter de l’affaiblissement du rôle de l’Europe et des préoccupations des USA sur d’autres continents. Le Maroc a pris, aussi, en compte la grande percée chinoise qui n’a pas les mêmes objectifs et stratégies sur l’Afrique.

Les analystes affirment que le Souverain marocain a une vision lointaine en se concentrant sur le Continent. Ce qui surprend l’Europe de Bruxelles, ce sont les déclarations des chefs d’État et ministres africains qui affirment que le « Maroc est devenu une grande force régionale africaine ».

En dépit du fait que le Roi Mohamed VI avait, déjà, effectué plusieurs visites depuis son accession au trône, cependant, sa dernière tournée, qui a duré trois semaines en Afrique de l’Ouest, a un caractère différent, estiment des diplomates américains en place dans la région. D’abord, sa durée fut exceptionnelle et reflète le degré de l’engagement du Maroc. Ensuite, parce qu’elle attire cette, fois-ci, la nouvelle stratégie marocaine. Cette dernière vise à renforcer l’influence économique et géopolitique, en plus de la consolidation des relations religieuses avec ces pays africains.

Au deuxième rang....
Le Maroc occupe la 2e place après l’Afrique du Sud sur le plan d’investissements extérieurs. Il consacre 85% de ses investissements extérieurs sur le continent africain. Il suffit de compter le nombre d’accords signés lors de la tournée Royale, pas moins de quatre-vingts en trois semaines.
Le Maroc s’oriente vers une ouverture progressive et permanente envers l’Afrique. Les visites des délégations marocaines se multiplient. Les contrats et les accords signés, sont, entre autres, le rachat de parts dans des compagnies africaines. L’implantation d’agences des banques marocaines est l’exemple le plus significatif comme le rachat par Attijari Wafa Bank, il y a quelques années, de la Banque du Sud en Tunisie ou l’implantation de la BMCE au Gabon, en côte d’Ivoire, voire même en Algérie.

Pour ce qui est des perspectives, Rabat suit de près l’évolution en Guinée Bissau. Les grands Groupes marocains ont l’œil sur les secteurs de la pêche maritime, du gaz et du pétrole, le phosphate et la bauxite. L’acquisition des licences de banques fait partie de ces objectifs. Au Congo Brazzaville, le Maroc vise également la possibilité d’avoir des parts dans le domaine de l’énergie. Au Mozambique, le Maroc vise le rachat de parts dans le secteur des télécoms.

Le rôle religieux
La religion joue un rôle clé dans l’avancée marocaine en Afrique. La Confrérie Tariqua Tijjania, qui vient de clôturer son congrès annuel à Fès, est au Cœur de cette implication. Dans cette même démarche religieuse,le Roi Mohamed VI a annoncé le démarrage de travaux de réhabilitation de la mosquée du roi Fayçal ben Abdel Aziz en lui consacrant un budget de plusieurs milliers d’euros. Geste très apprécié par l’Arabie Saoudite, l’allié stratégique du Maroc dans le monde arabe.

La Vigie marocaine



Laissez un commentaire

Captcha loading...