facebook twetter Google+ اللغة العربية

Entre Skhirat et Rabat, mon cœur balance !

Décidément, après les déboires de la rencontre ratée de Skhirat, voilà que notre ministère de tutelle des (MRE) s’affaire à signer, à Rabat, une convention de « Partenariat » avec l’Agence nationale de la conservation foncière (ANCFCC) en faveur des Citoyens marocains résidant à l’étranger.
Selon le récit de l’article de la MAP qui parle de partenariat, il s’agirait, plutôt, d’une signature d’un accord visant à faciliter les démarches des MRE auprès de l’administration de la conservation foncière. Des complaisances qui existent déjà pour les Marocains du monde et qui n’ont pas lieu d’un nouveau paraphe et d’un tapage médiatique faisant louange au ministre.
Alors que la Commission du dialogue national sur la société civile * entérine 140 recommandations pour rendre la démocratie sur un « pied destale » à tous les citoyens, nous voilà entrain de favoriser une partie d’elle au détriment des citoyens de l’intérieur. Déjà que l’image des MRE est souvent « biscornue » de l’intérieur, de tels privilèges ne peuvent qu’accentuer la stigmatisation de cette communauté.
L’Agence Nationale de la Conservation foncière, qui se targue à aider les Marocains du monde, faillit à sa vocation principale à protéger le patrimoine des citoyens qui se voient, facilement, spolier leurs biens et dont les MRE sont les premières victimes. La même administration communique, aux autorités étrangères, notamment, l’État néerlandais, les Biens, des Chibanis, acquis honnêtement après des années de labeurs et d’expatriation. Notre ministère de tutelle a-t-il interpellé l’administration de la conservation foncière sur ces pratiques néanmoins inconvenantes ?
Dénoncer ces usages inopportuns est un droit civique qui a pour but d’alerter la collectivité sur les pratiques déraisonnables et trompeuses. Notre combat, à nous, se situe ici sur le terrain, épaulé par les autorités consulaires loin de la technocratie locale qui confond souvent « théorie et pratique ». Nous sommes des bénévoles, sans subventions, au service du bien-fondé du Maroc avec notre unique devise : 

التوابث الوطنية

Mohammed Alaoui Barnoussi
* Commission largement contestée par le tissu associatif



Laissez un commentaire