facebook twetter Google+ اللغة العربية

Les jeunes dissidents sahraouis des Camps de Tindouf créent d’une aile militaire

Fin avril, le Mouvement jeunes pour le changement annonçait le ralliement à sa cause de membres de l’armée du Polisario. Deux semaines plus tard, le MJPC forme son bras militaire. Il n’aura pas la tâche si facile puisqu’il est en concurrence directe avec AQMI et le Mujao, les deux antennes d’Al Qaida dans la région du Sahel.

L’opposition dans les camps de Tindouf franchie un nouveau seuil. Le Mouvement jeunes pour le changement vient d’annoncer, dans un communiqué, la création de son aile militaire. Serait-ce une initiative calculée pour prouver la popularité dont jouit le MJPC auprès de la population ou une simple bulle médiatique ? Les prochains jours apporteront, à coup sûr, la réponse à cette question.

Relation tendue entre les jeunes et la direction

Les jeunes expliquent que le recours à la formation d’un bras armé est la réponse adéquate à « la domination de la direction » du front Polisario et sa volonté manifeste de les empêcher de « s’exprimer librement ». Une nouveauté qui intervient dans un contexte délétère. En effet, il y a deux semaines, les amis de Mohamed Abdelaziz ont procédé à l’arrestation de partisans du MJPC sous prétexte de leur implication supposée dans l’incendie qui a détruit une khaima vide, qui devait abriter des activités dans le cadre d’un festival de cinéma.

Bizarrement, le timing de cette annonce a coïncidé avec la menace proférée par Abdelakder Taleb Omar, « le premier ministre » du Polisario, de reprendre les armes en 2015 au cas où les Nations Unies seraient incapables de trouver une solution au conflit. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’un responsable du Front exprime ce genre de menaces destinées exclusivement à la consommation interne.

Le MJPC, alternative à AQMI ou le Mujao?

Force est de constater que l’aile militaire du Mouvement jeunes pour le changement est entré en concurrence directe avec des enseignes militaires bien implantées dans la région du Sahel et du Sahara. Les rangs d’AQMI ou du Mujao (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest) comptent en effet des éléments du Polisario. Une vérité reconnue, d’ailleurs, par le propre « ministre » de la Défense du Polisario.

Pour mémoire, dans un entretien accordé, en août 2012, au quotidien espagnol ABC, Mohamed Lamine Ould El Bouhali affirmait l’existence de membres d’AQMI et du Mujao dans les camps de Tindouf. Toutefois, il est difficile d’avancer, aujourd’hui, un chiffre exact sur le nombre de Sahraouis enrôlés dans les deux antennes d’Al Qaida.



Laissez un commentaire