facebook twetter Google+ اللغة العربية

MANKEUR NDIAYE: "L'ONU DOIT RESPECTER LA POSITION DU MAROC"

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’apprête à adopter, mardi 29 avril, une résolution prorogeant le mandat de la Minurso jusqu’en 2015. Mankeur Ndiaye, chef de la diplomatie sénégalaise, a appelé les envoyés spéciaux de l’ONU, en visant notamment Christopher Ross, à respecter la position du Maroc.

Le360: Le partenariat entre le Sénégal et le Maroc est exemplaire en Afrique. Comment booster cette coopération Sud-Sud?

Mankeur Ndiay: Il s’agit d’une coopération stratégique exemplaire. Ce partenariat vient d’être renforcé par un échange de visites des deux chefs d’Etat. D’importants accords ont été signés en matière de santé, d’habitat, de travaux publics, et d’infrastructures. On est en train de mettre en oeuvre ces différents accords. Salaheddine Mezouar (ministre marocain des Affaires étrangères) a insisté pour accorder sa première visite à l’étranger au Sénégal après sa nomination.

Rabat et Dakar se concertent souvent sur le plan diplomatique?

Oui, cette concertation est régulière et fructueuse. Sur les plans politique et diplomatique, on travaille ensemble. On travaille aussi pour la préservation de l’intégrité et la défense de la première cause nationale du Maroc. Le Sénégal soutient fermement le plan d’autonomie du Maroc dans le cadre de sa souveraineté et de son intégrité.

Comment agit le Sénégal au sein de l’Union africaine où le Maroc est absent?

Le Sénégal oeuvre au sein de l’Union africaine en défendant la cause du Maroc, et ce à chaque fois que ce dossier est soulevé. Je veux saisir cette occasion pour dire une chose claire et précise. Le dossier du Sahara est entre les mains de l’ONU, l’Unité africaine n’a pas à se mêler de cette question.

Et à l’ONU, précisément?
Au sein de l’ONU, le Sénégal agit également au niveau de la 4ème assemblée générale. Nous voulons que les envoyés spéciaux de l’ONU respectent la position du Maroc. Le Sahara n’est pas une question de décolonisation. C’est tout simplement une question d’exercice plein et entier d’un Etat de sa souveraineté sur une partie de son territoire.



Laissez un commentaire

Captcha loading...