facebook twetter Google+ اللغة العربية

Les milices du Polisario sèment la terreur dans les camps de Tindouf et Indifférence des représentants du HCR

Des informations en provenance de Rabouni confirment que suite à la déception des dirigeants du Polisario après le rejet de la proposition d’élargir les prérogatives de la MINURSO, ces derniers se livrent à la violence sur tout individu qui contredirait leurs assertions ou exprimerait sa joie. Selon des sources concordantes, plusieurs militants sahraouis ont eu à essuyer la colère des milices de Rabouni pour avoir adressé un écrit à l’antenne du HCR lui demandant de les aider à regagner la mère-patrie, le Maroc. Parmi les victimes de la mauvaise humeur des gradés du Polisario, figurent les dénommés Mauloud Ould Boushab et Najim Allal qui ont été tous deux passés à tabac. Les coups qu’ils ont reçus ont provoqué de graves blessures au cou pour le premier, alors que son compagnon d’infortune a reçu des coups au niveau du visage et à la bouche, ce qui lui a fait perdre plusieurs dents.
Boushab a été condamné à l’isolement dans une cellule de la prison du 27 février, avec interdiction de toute visite y compris de ses parents ou du médecin chargé de lui prodiguer les soins nécessaires. Najim Allal, pour sa part, a été mis en «résidence surveillée» dans une hutte de fortune qu’il a conçue lui-même à partir de vieux habits et de couvertures et qui est gardée 24h sur 24. Il lui est interdit de recevoir la moindre visite. Ce n’est là qu’un petit aperçu des violences et de l’oppression auxquelles sont confrontés les Sahraouis qui proclament leur marocanité et expriment leur souhait de regagner leur patrie.
Dans ce contexte, le militant Moustafa Salma Ould Sidi Mauloud, contacté par téléphone, a confirmé que Mauloud Ould Boushab a été enlevé et mis en prison et que depuis lors il n’y a plus eu d’information le concernant et aucun membre de sa famille n’a été autorisé à avoir de ses nouvelles. Ould Sidi Mauloud a, par ailleurs, indiqué que Boushab avait rencontré, en Algérie, Madame Elisabeth, directrice de la protection au niveau de l’antenne du HCR qu’il a rendue responsable de sa sécurité et celle de sa famille, demandant à être protégé des menaces du Polisario.
Rappelons que le jeune homme avait fait l’objet de nombreuses violences et pressions de la part de la direction du Polisario depuis qu’il a commencé son rébellion contre l’oppression et les violences que subissent les Sahraouis en territoire algérien. Il est entré dans une grève de la faim qu’il a menée durant tout l’été dernier, protestant contre l’interdiction qui lui était faite d’exercer toute activité pour subvenir aux besoins de sa famille qui compte 17 membres dont la plupart sont des enfants et des femmes.
Parallèlement, les jeunes Sahraouis affiliés au mouvement «La jeunesse du changement» se sont rebiffés contre la direction du Polisario qu’ils qualifient d’incompétente. Les jeunes ont distribué des tracts dans les différents camps appelant les populations à se soulever contre la direction du Front qui est entièrement inféodée au pouvoir algérien. Le Polisario, qui n’a aucune liberté de décision par rapport aux dirigeants algériens, est incapable de chercher sérieusement à mettre fin à la souffrance des Sahraouis de Tindouf, qui dure depuis quatre décennies, soulignent les auteurs. Dans ces tracts, les jeunes opposants affirment que si la direction actuelle du Polisario s’entête à rejeter le plan marocain d’autonomie, c’est sur instruction du DRS algérien. Seul un changement de la direction actuelle du Polisario pourrait ouvrir les perspectives d’une solution et laisser entrevoir la possibilité du retour des Sahraouis dans leur pays.
L’appel de ces jeunes semble avoir eu des échos favorables. Dans son journal télévisé du vendredi 25 avril, la chaîne régionale de Laâyoune a diffusé une vidéo où des soldats portant l’uniforme du Polisario annoncent leur adhésion à l’appel de la jeunesse du changement. Dans leurs déclarations, les jeunes soldats ont indiqué qu’ils sont prêts à dévoiler la gabegie qui sévit dans l’institution militaire du Polisario dont les dirigeants détournent les aides alimentaires et les quantités de carburant destinées aux militaires pour les revendre dans les pays voisins. Ces chefs, ajoutent les jeunes, se servent des soldats pour garder leurs troupeaux de dromadaires et pour d’autres besognes dégradantes.

Libération le 28 – 04 – 2014



Laissez un commentaire

Captcha loading...