facebook twetter Google+ اللغة العربية

Mohammed VI met en garde Ban Ki-moon contre « les options périlleuses »

Offensive diplomatique du Maroc aux Etats-Unis. Parallèlement à la conversation téléphonique du roi Mohammed VI avec Ban Ki-moon, le président du CNDH et le délégué interministériel aux droits de l’Homme ont tenu à New York une réunion avec les représentants des pays membres du Conseil de sécurité. Détails.
Le roi Mohammed VI a téléphoné au secrétaire général de l’ONU, indique aujourd’hui, un communiqué du cabinet royal relayé par la MAP. Une conversation survenue au lendemain de la présentation, devant les membres du Conseil de sécurité, du rapport de Ban Ki-moon sur le Sahara occidental, dans lequel le diplomate Sud-coréen a souligné que l’objectif des différentes délégations des Nations-Unies qui ont visité le territoire sous contrôle du Maroc est l’instauration d’un « mécanisme de surveillance des droits humains soutenu, indépendant et impartial ».
En revanche dans les camps de Tindouf, l’Algérie n’autorisera jamais une mission de l’ONU à effectuer un contrôle de ce genre. Jusqu’à présent, le pays voisin a même refusé Sachant d’opérer un recensement de la population des camps, en dépit des deux dernières résolutions du Conseil de sécurité adoptées en 2012 et 2013.
« Eviter les approches partiales »
Apparemment, le monarque ne partage pas certaines recommandations du rapport de Ban Ki-moon, notamment l’ultimatum d’une année accordé aux deux parties du conflit pour réaliser des progrès. Dans le cas contraire, le secrétaire général de l’ONU a estimé que les membres du Conseil de sécurité devraient procéder à une « révision totale du cadre du processus des négociations », initié depuis 2007 par le premier round des négociations à Manhasset aux Etats-Unis.
Anticipant une telle perspective, le roi Mohammed VI « a attiré l’attention du Secrétaire Général sur l’impératif de préserver les paramètres de la négociation tels qu’ils sont définis par le Conseil de sécurité, de sauvegarder le cadre et les modalités actuels de l’implication de l’ONU et d’éviter les approches partiales, et les options périlleuses », souligne le texte du cabinet royal. « Tout écart de cette voie serait fatal pour le processus en cours et porteur de danger pour toute l’implication de l’ONU dans le dossier » a-t-il averti.
El Yazami et El Hiba à New York
Tirant les leçons de l’incident de 2013 au Conseil de sécurité, le Maroc officiel a pris les choses en main, ne laissant pas au Polisario et l’Algérie l’initiative et à lui la réaction. A cet effet, Rabat, dans une nouvelle approche, a dépêché à New York, le président du CNDH, Driss El Yazami et le délégué interministériel aux droits de l’Homme, Mahjoub El Hiba.
Les deux hommes ont tenu une réunion avec les représentants des Quinze. Au cours de cette rencontre, ils ont informé leurs interlocuteurs des mesures prises par le royaume pour un meilleur respect des droits de l’Homme au Sahara occidental.
 



Laissez un commentaire