facebook twetter Google+ اللغة العربية

La grogne ne cesse de monter dans les camps de Tindouf

La grogne sociale ne cesse de monter dans les camps de Tindouf et le nombre de mouvements de protestation de s’amplifier. Après avoir hissé des dizaines de drapeaux marocains dans ces camps, les jeunes Sahraouis viennent de rendre public un communiqué via Youtube pour dénoncer les pratiques des dirigeants séparatistes.
A travers ce communiqué, un mouvement qui s’est fait appeler les «Jeunes du changement» «désavoue les manœuvres du chef de la sécurité des camps, le dénommé «Grigao» (Brahim Biadillah) et de ses bandes criminelles, et les accusations infondées qu’il porte à l’endroit des jeunes afin de salir leur réputation et attenter au bien-fondé de leurs messages ».
Dans leur vidéo, un jeune homme masqué, accompagné de trois autres protestataires, annonce la création de plusieurs sections des «Jeunes du changement» dans l’ensemble des camps de Tindouf, en vue de «faire face à la corruption » qui y prolifère et « au despotisme des dirigeants du Polisario », ainsi que pour « sensibiliser les Sahraouis sur leurs droits en tant que réfugiés. Après l’annonce de la création de ce mouvement, venu renforcer les rangs d’autres mouvements protestataires à l’image de «La voix du martyr» (Khat Achahid) et de la «Jeunesse pour le changement », les jeunes qui ont bravé la répression des milices du Polisario et de leurs séides algériens pour apparaître sur Youtube ont annoncé qu’ils dévoileront et révéleront au grand jour les manigances des dirigeants corrompus et de tenir l’opinion publique informée sur leurs complots qu’ils trament contre tous ceux qui s’opposent à leur mainmise sur le destin de tous ceux qu’ils séquestrent en territoire algérien.Ils ont, également, dénoncé la politique de paupérisation de la population des camps de la honte exercée par les dirigeants du Polisario à travers la manipulation des aides accordées aux réfugiés par les ONG humanitaires pour faire taire ces voix et maintenir le contrôle dans les camps.
Le mouvement des «Jeunes du changement» a affirmé qu’il ne connaîtra de trêve que lorsque les dirigeants du Polisario arrêteront d’exploiter les Sahraouis dans tous les domaines et qu’ils cesseront en particulier le harcèlement sexuel qu’ils infligent aux femmes sahraouies.
Ils ont également affirmé que de nombreux Sahraouis, dont des militaires, des policiers et des gendarmes, ont rejoint leur mouvement en dépit du climat de terreur qui règne dans les camps pour lutter contre la direction corrompue du Polisario qui s’enrichit sur le dos des séquestrés des camps de la honte.

Libération le 11 – 04 – 2014



Laissez un commentaire