facebook twetter Google+ اللغة العربية

Polisario Persona non grata à Bruxelles et dont personne n'en veux

Le Sommet UE-Afrique de Bruxelles a tué dans l’œuf tout semblant d’espoir de la fantomatique RASD de prendre part aux rencontres du Partenariat UE-Afrique, en soulignant d’une manière formelle et expresse que seuls les pays membres de l’ONU y ont leur place.
En excluant la pseudo RASD de ses travaux, le 4ème sommet UE-Afrique a entériné ainsi «de manière formelle et expresse» la disposition agréée en 2000 relative au format, aux modalités et aux mécanismes du partenariat UE-Afrique, lequel fixe exclusivement la participation aux réunions aux seuls pays membres de l’ONU.
Cette disposition entérine aussi, de manière désormais officielle, la participation pleine et entière du Maroc à toutes les réunions et à tous les niveaux du partenariat Afrique-UE.
Ainsi, grâce à l’activisme du Maroc et au soutien de plusieurs pays africains frères et celui de l’Union européenne, les sommets, les réunions ministérielles, les réunions conjointes et autres rencontres se poursuivront dans le cadre du format agréé en 2000 pour le partenariat Afrique-UE.
Lors du sommet UE-Afrique de Bruxelles, la délégation marocaine, conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar, a agi de manière active pour que cette disposition soit respectée et imposer que ce partenariat implique exclusivement l’UE et l’Afrique.
La délégation marocaine a pu ainsi déjouer toutes les manœuvres des adversaires du Royaume qui voulaient imposer l’Union africaine en tant que partie prenante de ce processus et qui ont fait dans la surenchère en menaçant l’UE de faire échouer le Sommet, dans le cas où tous les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine, dont celui de l’entité fantoche, n’étaient pas invités.
Les membres de la délégation marocaine à ce sommet ont également œuvré pour promouvoir les intérêts du Royaume concernant les dimensions «Paix et Sécurité», «Mobilité et Migration» et «Connexions entre les deux Continents».
Dans cet esprit, la déclaration finale du Sommet reconnaît et encourage les efforts entrepris par les pays riverains de l’Atlantique pour promouvoir la paix et la sécurité dans cet espace, en allusion aux efforts du Maroc qui abrite le Secrétariat Permanent des pays riverains de l’Atlantique.
Le document final a adopté aussi une disposition concernant la concertation entre les pays d’origine, de transit et de destination pour la gestion de la migration irrégulière, qui permettra de mettre en avant le principe de la responsabilité partagée entre tous les pays concernés par la chaîne migratoire.
De même, le Sommet a appelé à promouvoir les interconnexions dans les domaines du transport et de l’énergie entre les deux Continents, ce qui permettra de conforter la place du Maroc en tant que hub logistique multimodal entre l’Afrique et l’Europe et d’avoir accès au marché européen pour les énergies renouvelables, notamment solaire.
De manière plus globale, le Sommet de Bruxelles a permis de conforter la position du Royaume du Maroc dans l’échiquier auro-africain et de consacrer la vision promue par le Royaume en faveur d’une relation bi-continentale équilibrée, solidaire et en perpétuel renouveau.
En tant que pays fondateur du partenariat UE-Afrique, le Maroc contribue activement à toutes les structures et mécanismes de travail qui sont mis en place depuis le lancement de ce partenariat en 2000.
Le Maroc, qui préside le groupe de travail Afrique-UE sur le changement climatique, a participé activement aux différentes éditions de ce sommet (Caire, Lisbonne et Tripoli) ainsi qu’à plusieurs autres instances de ce partenariat, notamment sur la migration, la bonne gouvernance, les biens culturels.
Compte tenu des liens privilégiés qu’il entretient avec tous les pays africains et eu égard au Statut avancé qui le lie à l’Union européenne, le Maroc exerce un rôle d’avant-garde au sein de ce partenariat.



Laissez un commentaire