facebook twetter Google+ اللغة العربية

Pays-Bas : Wilders maintient ses propos contre les Marocains

Après avoir déclaré vouloir « moins de Marocains » en Hollande, le député anti-Islam Geert Wilders s’est défendu samedi 22 mars, assurant n’avoir « rien dit de mal ».
« J’ai dit la vérité, je n’ai pas de regrets et ne présenterai mes excuses à personne à propos de quoi que ce soit », a soutenu Geert Wilders au lors d’un point de presse samedi soir au parlement néerlandais.
« Je suis resté dans les limites de la loi », a affirmé le député connu pour ses formules incendiaires. Il a ainsi balayé d’un revers de main tout lien avec les nazis alors que certains hommes politiques et médias l’avaient comparé à des « figures abjectes du passé », dont Adolf Hitler, a-t-il déclaré.
Une vague de protestations sans précédent a secoué les Pays-Bas, ainsi qu’une « exode » après que de plusieurs membres du PVV eurent annoncé la démission, ont rapporté les médias néerlandais.
Mercredi soir à La Haye, à la suite d’élections municipales, Geert Wilders avait enflammé ses partisans, leur demandant s’ils voulaient « plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas ».

 »Moins ! Moins ! Moins ! », ont chanté en chœur les partisans, ce à quoi Geert Wilders a répliqué : « nous allons nous en charger ».
Le PVV se présentait mercredi dans deux villes des Pays-Bas : il a terminé premier à Almere, et deuxième à La Haye, où siège le gouvernement.
Par ailleurs, des centaines de plaintes avait inondé le parquet jeudi. 
Le député a également souligné avoir été mal compris : « je n’ai jamais dit que tous les Marocains devaient quitter les Pays-Bas, seulement ceux qui le voulaient et les criminels », a-t-il affirmé aux journalistes.
Une page Facebook titrée « Je porte plainte contre Wilders » avait réuni plus de 95.300 mentions « J’aime » dimanche matin.
A noter, que Geert Wilders avait été acquitté en 2011 après avoir été poursuivi pour incitation à la haine, les juges ayant estimé que le député ne pouvait pas être inculpé car ses critiques ciblaient l’Islam, une religion, et non un groupe ethnique.

Aujourd’hui le Maroc



Laissez un commentaire