facebook twetter Google+ اللغة العربية

Armement : Le Maroc et l’Algérie en tête des pays africains entre 2009 et 2013

Ce n’est plus un secret, l’Algérie et le Maroc se livrent une véritable course à l’armement. De 2009 à 2013, les deux pays rivaux ont augmenté leurs acquisitions en armes de 36% pour Alger et 22% pour Rabat, selon un rapport du Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI).
Le Maroc figure sur le podium des pays africains les plus dépensiers en armement. Il arrive second derrière l’Algérie, alors que la troisième position est occupée par le Soudan, une surprise. C’est ce que vient de révéler le tout nouveau rapport, publié hier, par l’institut suédois SIPRI. A eux seuls les trois Etats représentent, durant la période s’étalant de 2009 à 2013, 53% de l’ensemble des achats réalisés par les pays du continent noir.
Hausse de 36% pour l’Algérie contre 22% au Maroc
Le document du SIPRI assure que l’Algérie arrive en tête. Elle a augmenté ses acquisitions en armement, durant les quatre dernières années, de 36%. La Russie demeure, toujours selon la même étude, le premier fournisseur du voisin de l’Est avec 91% du matériel vendu. La France et l’Angleterre se partagent les miettes avec respectivement 3 et 2% du marché algérien.
Quant au Maroc, en dépit d’une conjoncture économique difficile, il est parvenu à suivre la tendance imposée par son grand rival depuis plusieurs années. Le royaume a multiplié les signatures de nouveaux contrats d’achat d’armes, enregistrant ainsi une hausse de 22% durant la période 2009-2013 par rapport à 2004-2008.
Mais le Maroc ne se fournit pas au même endroit que son voisin oriental. Le royaume arrive d’ailleurs second sur la liste des clients de la France avec 11% des transactions effectuées par l’industrie militaire française, devancé par la Chine (13%) alors que Singapore est troisième avec 10%.
Cette résistance marocaine est due en grande partie à l’effort budgétaire consenti pour doter les FAR de moyens à même de maintenir un certain équilibre avec l’Algérie. L’armée au Maroc bénéficie d’au moins trois comptes spéciaux qui se chiffrent en milliards de dirhams. Ces comptes figurent sur la loi de finance mais le parlement n’a aucun droit de regard dessus.
En 2012 : Algérie premier et le Maroc cinquième
Le Soudan est dans une position inconfortable, au même titre que le Maroc. Entouré de régimes « ennemis », notamment le Sud-Soudan et l’Ethiopie et dans une moindre mesure l’Egypte, Khartoum est dans l’obligation de renfoncer son arsenal militaire. De 2009 à 2013, le pays a augmenté ses achats de 9%.
En septembre 2013, le SIPRI a publié un autre rapport sur les dix pays africains les plus dépensiers en armement en 2012. Bien évidemment, l’Algérie était arrivée en tête avec 9, 325 milliards dollars, suivie de l’Afrique du sud : 4,470 MM$, l’Egypte : 4,372 MM$, l’Angola : 4,146 MM$ et le Maroc, en cinquième position, avec 3,402 MM$.



Laissez un commentaire