facebook twetter Google+ اللغة العربية

France : Colloque à l’Université Paris Descartes « Le conflit sur le Sahara marocain »

L’Université Paris Descartes – Sorbonne Paris Cité et l’Observatoire d’Etudes Géopolitique (OEG) ont organisé un colloque, sous le thème « Le conflit sur le Sahara marocain et la situation au Sahel : analyses juridiques et géopolitiques », le 2 juin 2016 dans la prestigieuse Salle du Conseil de la présidence de l’Université Paris Descartes à Paris.

Francis Gutmann et Charles Saint-Prot. 2

Le colloque a réuni une centaine d’imminentes personnalités, universitaires, diplomates, étudiants, chercheurs et journalistes. Il a été introduit par Francis Gutmann, Ambassadeur de France, ancien Secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères…, Président du Conseil Scientifique de la Défense auprès du Ministre de la Défense ; le professeur Jean-Yves de Cara, Professeur agrégé de droit public, responsable axe Monde arabe Centre Maurice Hauriou (CMH)…, Président du conseil scientifique de l’Observatoire d’études géopolitiques et le Dr. Charles Saint-Prot, directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques, CMH de l’Université Paris Descartes.

Ont successivement pris la parole pour la 1ère séance : Charles Saint-Prot qui a traité du thème Un conflit artificiel, Christophe Boutin, Professeur agrégé à l’Université de Caen sur L’enjeu de la sécurité régionale, Jean-François Poli, avocat, universitaire, doyen honoraire de la Faculté de droit de l’Université de Corse sur Le plan d’autonomie marocain, une solution au conflit., François Grosdidier, sénateur, sur le thème « Pourquoi la France soutient le Maroc ».

Comme si vous y étiez, ci-dessous, quelques-unes des interventions des participants :

Introduction de Jean-Yves de Cara

Intervention de Charles Saint-Prot

précédée d’une allocution de l’Ambassadeur Francis Gutmman

Intervention de François Grosdidier

La seconde séance placée sous la présidence du Doyen Michel de Guillenchmidt, avocat, conseiller d’État honoraire, doyen honoraire, a permis d’entendre Jean-Yves de Cara, professeur agrégé de droit public, responsable axe Monde arabe CMH, Université Paris Descartes, Une affaire de souveraineté, Frédéric Rouvillois, professeur agrégé de droit public, CMH, Université Paris Descartes, la monarchie et l’intégrité nationale. Mme Zeina el Tibi, Docteur en droit, présidente déléguée de l’Observatoire d’études géopolitiques, La question des droits de l’homme et Henri-Louis Védie, Professeur émérite au Groupe HEC Paris, La question du développement global.

Intervention de Zeina el Tibi au début de la deuxième session

Analyse de Jean-Yves de Cara

Le livre « Le dossier d’un conflit artificiel » n’est pas seulement un plaidoyer pour la « Saharité » des Provinces du Sud marocain mais aussi une étude géopolitique et les conséquences d’un conflit artificiel qui perdure depuis une quarantaine d’années. Un conflit instrumentalisé, devenu un véritable fonds de commerce, pour quelques Etats, organisations et militants activistes qui se croient encore au temps du de la Guerre froide. Désinformation propagande, provocations, campagnes ciblées d’intoxication, toutes les méthodes bien connues de l’activisme révolutionnaire totalitaire continuent à fonctionner grâce aux subventions d’un régime algérien qui, depuis 1975, tente d’accréditer la fiction d’un mouvement séparatiste fantoche et reste hélas, obsédé par sa haine au Maroc.

L’ouvrage Sahara marocain, Le dossier d’un conflit artificiel publié éditions du Cerf, sous la direction de Charles Saint-Prot, Jean-Yves de Cara et Christophe Boutin, a été diffus aux participants.

Arlette Colin / Wakeupinfo
Avec OEG

 

(17)



Laissez un commentaire

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.